Article

Hadopi : commentaire censuré par Arnaud Montebourg

Au soir du vote de la loi Hadopi à l’Assemblée Nationale, j’apprends par Twitter qu’Arnaud Montebourg n’a pas voté contre cette loi et qu’il vient de fournir ses raisons sur son blogue. Je m’y rend, y lit des justifications embarrassées et y poste instantanément un commentaire.

 

Mais une vieille habitude d’informaticien me fait préférer le confort d’un véritable éditeur de texte plutôt qu’écrire directement dans la fenêtre du blogue sus-cité. Je sauvegarde mon commentaire, et, il est tard, vais me coucher – non sans avoir pensé à enregistrer le fil RSS du billet.

Montebourg a en effet opté pour la modération a priori : mode moins démocratique qu’a posteriori mais compréhensible s’il gère de loin en loin son site…

Au petit matin, mon lecteur RSS m’indique que mon post n’a pas été publié.

– La soirée a été agitée, il a bien mérité un peu de repos, me dis-je…

Le lendemain : toujours pas de post !…

– Bon sang mais c’est bien sûr ! Mon député a pris quelques jours de vacances après la fatigue des prises de position courageuses.

Les jours se suivent… sans rien voir venir. L’inquiétude m’étreint : mon homme harassé ne serait-il pas atteint du « burn out » de ceux qui cumulent les responsabilités ?

Les jours passent… 

– Non ! Ce peut-il ? Du pourfendeur des turpitudes de la démocratie française ! Censuré !! Impossible : il doit y avoir une raison matérielle

Ma réponse nue

En attendant que mon pauvre esprit trouve une explication acceptable, voici tel quel ce commentaire au destin fatal :

« Comment un juriste comme vous, peut-il ne pas s’opposer à une loi qui soustrait à la Justice la prérogative de dire le droit ?

Comment pouvez-vous supporter l’ « innovation juridique » de la punition collective car la suspension d’un accès internet sanctionne un foyer et non le supposé coupable ?

Comment pouvez-vous tolérer le retournement de la charge de la preuve, instaurant la présomption de culpabilité, puisque ce sera au titulaire de l’abonnement de fournir la preuve de son innocence ?

Comment pouvez-vous accepter le « paquet punitif » que constitue la suppression de tous les services : téléphone, messageries, web, télévision, échange de pair à pair pour un délit qui a toutes les chances d’être commis uniquement sous ce dernier mode (protocole) ?

Comment pouvez-vous vous abstenir, enfin, de protester contre la création d’une autorité administrative – dont on sait maintenant que son président sera nommé par le gouvernement – et qui pourra avoir accès à l’ensemble des communications des citoyens et ce, sans contrôle démocratique. L’affaire des écoutes de l’Élysée, comme récemment l’affaire Julien Coupat où l’on a détourné une loi antiterroriste, indique quel dévoiement de cette instance, on est fondé à redouter…

 

Emaux

https://twitter.com/Emaux 

»

(21 mai 2009)

 

 

Publicités
Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s