Article

Internet : 7 préceptes à l’usage de débutants

 

Le médiacratie et l’oligarchie politique ne cessent d’alarmer la population sur (prendre une grosse voix tremblante) : « les dangers d’internet » à l’aide de gros mots commençant tous par un cyber aussi inapproprié que ridicule : cyberterrorisme, cyberjihadisme, cybercriminalité, etc

Alarmer sans former présente le risque de produire l’hébétude au lieu de l’intelligence ; on se souvient que naguère, face aux « dangers des réseaux sociaux », des « experts » et journalistes proposaient et proposent encore « de ne pas aller sur Internet » – ce qui constitue une méthode d’apprentissage originale !

En vérité, en ces temps de surveillance légalisée par la loi sur le renseignement, un internaute débutant a plus de chances de voir ses données espionnées directement ou par le truchement des grands services centralisés des Gafam, voire de tomber sous l’accusation d’apprenti djihadiste que de se retrouver nez à nez avec un site pédopornographique (a fortiori pédo-nazi ;-) !

Le cauchemar de Nadine Morano

Je préconise plutôt de réaliser ce qu’on peut appeler le « cauchemar de Nadine Morano » : pour chaque débutant, disons à partir de 7 ans, donner un accès à haut débit via un ordinateur individuel sur lequel, le cas échéant est enclenché les différents dispositifs de filtrage parental : système d’exploitation, navigateur Firefox, requêtes Google tout en prévenant des défaillances de ces filtres, à savoir leurs incapacités à éliminer tous les contenus photographiques et surtout vidéos, traumatisants – pour un adulte même.

Après avoir provoqué un tollé en Norvège en censurant cette photo, le réseau social est finalement revenu sur sa décision, vendredi 9 septembre.

La célèbre photo d’une fillette brûlée au napalm pendant la guerre du Vietnam Crédit : STAFF / UPI / AFP

On notera incidemment combien ces grandes entreprises étatsuniennes (Gafam) sont tolérantes aux images d’une violence insoutenable alors qu’elles traquent avec la dernière énergie la nudité et en particulier la moindre parcelle d’aréole à l’aide d’algorithmes perfectibles* :

Facebook a supprimé cette image, alors qu’elle n’a rien de choquant

 

L’importance d’un bac à sable numérique

Il me semble en effet qu’il faut aller le plus tôt possible au devant des difficultés, de façon à les prévenir avant qu’elles ne se rencontrent à un âge où elles pourraient avoir des conséquences graves voire dramatiques : blessure narcissique irréversible à l’adolescence, licenciement professionnel à l’entrée du marché du travail, etc

Ce dispositif sera accompagné d’un dialogue constant mais à distance, c’est-à-dire laissant large place à l’autonomie de la navigation de l’enfant (ou du débutant) : il faut laisser faire des « bêtises »…

Naturellement tout ce qui suit est valable aussi pour un débutant, adulte.

Avant toute formation spécifiquement technique : comment formuler une requête, comment naviguer dans les URL, comment s’abonner à un flux RSS, etc, (et comment se protéger de la surveillance furtive…) qui fera l’objet d’une assistance serrée, il importe de donner et de répéter 😉 – à l’adresse de jeunes et vieux – les consignes simples mais fermes, suivantes :

0. Ne jamais donner son état civil

Évidemment ne jamais rentrer l’intégralité des prénoms, mais pas plus le véritable lieu et date de naissance. De préférence, ne pas fournir le nom véritable. L’exigence chronique de certains services : Facebook, Google+, d’exiger le nom réel est à cet égard contraire aux droits fondamentaux (libertés publiques).

Il faut se protéger d’une requête dans un moteur de recherche…

Si le formulaire intransigeant de création d’un compte est par trop intrusif, ne pas hésiter à fausser sans vergogne les informations rentrées… On pourra ainsi au besoin se vieillir ou rajeunir de quelques années… Les services étant en général d’une culture assez limitée, on pourra tout aussi bien demeurer au Parnasse ou aux Champs-Élysées sans que l’ironie ne soit détectée !

1. Écrire comme si l’on s’exprimait devant tout le monde

Internet est virtuellement toujours « public ». Même dans des espaces à accès restreint, n’importe quel lecteur peut aisément faire une copie d’un propos et l’extraire – sans nécessaire mauvaise intention – de l’espace privé d’origine vers un espace d’une tout autre portée où de copie en copie il parvient aux yeux d’un lecteur non prévu et potentiellement inopportun…

De plus certains réseaux comme Facebook ont, pour des raisons mercantiles, intérêt à élargir, plus ou moins à l’insu des l’utilisateurs, la portée de leurs publications par exemple en donnant une fausse impression de limitation par la notion d’amis de mes amis qui, en réalité à une portée indéfinie…

En outre, en ces temps de surveillance de masse, cette mutation de portée peut être effectuée légalement par un fonctionnaire de police ;-)…

Il faut donc toujours s’exprimer en gardant en tête que n’importe qui peut nous lire

Sur Twitter, l’étiquette veut que lorsqu’on parle de quelqu’un, on use de son pseudo afin qu’il soit averti de ce que l’on dit de lui ; c’est l’attitude à conserver en tout lieu d’Internet. Si l’on veut parler « dans le dos » de quelqu’un, Internet n’est pas approprié pour ça…

Corollaire : ne pas (laisser) divulguer des informations très personnelles, a fortiori intimes (photos** ou autres) sur quelque plateforme que ce soit, en quelque circonstance que ce soit ;-)…

2. « Tourner son clavier sept fois entre ses mains » avant d’appuyer sur la touche Envoi

Tout ce qui est posté est quasi-irréversiblement permanent. Loin d’être l’espace de zapping que certains intellectuels en chambre se plaisent à propager de médias en médias, Internet conserve a priori tout propos tenu des décennies durant, y compris le « coup de gueule » écrit dans un contexte particulier qui, passées les circonstances singulières qui pouvaient (sembler) le justifier, apparaîtra au lecteur futur comme singulièrement pathologique…

Même les propos de morts sont conservés sur Twitter, Facebook, etc !

En outre, bien que supprimé, le contenu peut persister sous forme de copies dans des caches ou blogues multiples voire dans des sites d’archivage du web tel qu’archive.org

3. Identifier en premier « où l’on arrive » et « qui parle »

Il est primordial d’identifier dès l’abord la nature de la plateforme à laquelle appartient la page reçue : s’agit-il de copies – éventuellement automatiquement agrégées – de contenus édités ou assumés par d’autres ou bien est-on effectivement face à un site d’information ou de réflexion : journal i.e. blogue, individuel ou collectif sous la responsabilité éditoriale d’une ou plusieurs personnes qui signent leurs propos – peu importe que ce soit sous des pseudonymes ou de « vrais » noms.
Rappelons ici que, contrairement à une confusion constante de la médiacratie, le contenu que vous avez le plaisir de lire ici n’est pas « anonyme » puisqu’il est signé d’un pseudonyme parfaitement identifiable et ainsi que j’assume pleinement mes propos…

Pour cela, il faut acquérir le réflexe de jeter d’emblée un œil sur l’en-tête de la page et, en cas de doutes ou d’interrogation, sur la mention « À propos » ou « Qui sommes-nous ? », voire de chercher sur le pied de page des infos supplémentaires, par exemple « légales ».
Ensuite, il faut chercher la signature du contenu présent en prenant garde à ce qu’un encadré peut très bien être d’un auteur distinct : coupé-collé de… ou accès direct à un autre contenu (cadre tiers), hébergé sur une autre plateforme – qu’il faut apprendre à re-connaitre – et en l’occurrence inséré tel quel. Scribe, Slideshare, Youscribe, Issuu, Youtube, etc sont quelques unes des plateformes de dépôt de contenus, les plus utilisées.
Il sera alors possible de faire une interrogation dans un moteur de recherche sur la base du nom ou du pseudo qui, collationnant tous les documents sur les dits-auteurs, permettra de se faire une première idée de l’identité de « qui parle »…

4. Chercher la licence sous laquelle est publié ce qu’on lit avant de faire un coupé-collé

En l’absence de toute indication, il faudra considérer les documents disponibles soumis aux droits de propriété les plus stricts et demander formellement à l’auteur la permission avant de les utiliser.

Droits de citation
Ne pas oublier que si un texte est libre de « courte citation » dans une limite assez floue, une photo ou une vidéo échappe à toute utilisation hors licence idoine. C’est l’objet de discussions permanentes parfaitement pertinentes. Au demeurant tant que le législateur n’aura pas fixé les conditions d’un usage légitime de documents audiovisuels, la copie aussi minime soit-elle, ressortira de l’illégalité (contrefaçon).

5. Respecter l’étiquette du Web

Chercher la source de l’information que l’on lit qui, en principe doit être accessible via un lien hypertexte, puisque c’est à la fois, le principe et l’étiquette du web. Une pratique archaïque détestable, issue de la Presse sur papier consiste à faire référence à la source (telle édition du soir de tel jour, etc) sans fournir explicitement le lien (URL) de la page. L’expérience, hélas fréquente montre que la lecture de la source complète révèle une réalité plus nuancée, plus complexe, voire complètement opposée au propos relaté !…

Mettre systématiquement en doute toute « information » qui ne respecte pas l’étiquette du Web…

6. Recouper les informations avant d’agir

Garder à l’esprit que la patience a ses vertus et qu’un fait divers, même relaté par un journaliste, souffre de la relativité et la fragilité de tout témoignage. L’expérience montre, en particulier que lors de « faits divers », les interprétations initiales sont régulièrement démenties lorsque l’enquête s’approfondit.

Chercher au moins une deuxième source « fiable », par exemple dans un moteur de recherche, avant de colporter une information, sans négliger l’usage du conditionnel et du subjonctif 😉 …

Les démentis ou rectificatifs ne font en général aucun « buzz », contrairement aux informations erronées mais spectaculaires. Cette asymétrie est la source de la plupart des manipulations : « Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose » (Francis Bacon)

Se souvenir qu’Internet n’a pas « inventé » les rumeurs dont les plus difficiles à démonter sont celles qui contrairement au Net se propagent sans laisser de traces, par le bouche à oreille… (cf. « La rumeur d’Orléans »)

Épilogue

Ces préceptes ne constituent qu’une sorte de vade mecum dans l’exploration et l’apprentissage d’Internet ; ils ne constituent pas, à proprement parler la « culture numérique » qui fait tellement défaut aux Français et sur laquelle je reviendrais ultérieurement, notamment dans un prochain billet : « S’informer via Internet »

 

Emaux (le 22 juin 2017)

Pour aller plus loin :
Guide de vérification de contenu numérique

Observatoire du Webjournalisme


(*)http://www.francetvinfo.fr/internet/reseaux-sociaux/facebook/enquete-l-oeil-du-20-heures-nudite-contenus-violents-les-rates-de-la-moderation-de-facebook_1269227.html

(**)La fille la photo et la mauvaise réputation

Par défaut
Article

Note clinique sur la Gauche post-23 avril 2017

 

Jamais un deuxième tour n’a semblé plus dépourvu de sens. Alors que les Français sont plus que jamais conscients de la perte de pouvoir de leur État sur la réalité, l’issue du 7 mai ne pourra que programmer la dégradation de leur avenir.

En dépit de ce constat et du tableau qui va suivre, la Gauche ne doit pas perdre espoir : la France Insoumise (FI) est devenue la première force politique en France et surtout la seule vivante, à jour du XXIe siècle… Le chantier qui nous attend nous interdit la mélancolie.

 

Aucune élection ne traduit le choix du peuple mais uniquement celui du mode de scrutin

Il nous faut tout d’abord (re)lire nos classiques et en particulier Condorcet qui dès 1785 démontrait que l’élu l’est du mode de scrutin et non de la préférence du peuple^1 – ce que nos frères belges expliquent ici d’une façon fort didactique :

 

Aussi un premier tour aussi serré ne doit pas être pris sans relativisme, il nous est défavorable mais n’est en rien un désaveu, ni même un échec. Aussi le mouvement FI va perdurer…

Certes pour les citoyens de la France Insoumise, le scrutin du premier tour laisse un goût amer : si près du but ; si proche d’un jour historique, l’avènement d’une Europe des peuples et d’une Constitution plus démocratique !… Au demeurant, le résultat est d’importance : près de 20% des suffrages comptent dorénavant dans le paysage politique européen…

 

Le résultat du 23 avril 2017 place la France de Gauche en souffrance

Néanmoins, par isolement, susceptibilité ou autres, une partie de la gauche s’est détournée du dynamique mouvement de la France Insoumise et a préféré un autre vote de conviction. Elle a aussi manqué un choix tactique, peut-être par intolérance au « vote utile » – à la gauche cette fois…

Pour d’autres, la peur canonnée, les ultimes semaines, par les médias ainsi que par François Hollande, annonçant le risque d’une prise de pouvoir par un dictateur castropoutinobacharien (sic) a pu tétaniser les électeurs de gauche, à l’instar d’autres indécis.

Tout cela peut engendrer désormais un sentiment de culpabilité du non-accès de la Gauche au second tour…

…qui peut se trouver exacerbé par celui d’avoir été berné :

 

Le choc de retrouver après si longtemps, un leader de Gauche

Au soir du premier tour, et de la déclaration digne de Jean-Luc Mélenchon,

un estimable défenseur des droits humains s’est laissé aller à l’insulte : « Connard de Mélenchon », navrante tout particulièrement dans un contexte écrit… Dans le même registre lamentable, et après cinq jour de réflexion cette fois, un analyste et leveur de fonds dans le numérique, d’ordinaire intelligent commit un : Mélenchon est un imbécile irresponsable. Ces amabilités n’ont été que précurseurs d’une déferlante d’injonctions, de mensonges, de chœurs outragés…

Après avoir toute l’année de campagne durant, tenter de convaincre par mauvaise foi ou bêtise avérée de l’identité politique de Marine Le Pen et de Jean-Luc Mélenchon, les mêmes chiens de garde le somment maintenant de « faire barrage au FN » (sic)…

Rassurez-vous, je ne vous infligerais pas ici l’indigeste inventaire circonstancié de toute cette littérature fétide ! J’évoquerai juste un des mensonges les plus odieux celui insinuant que JLM aurait appelé à voter ni pour Macron, ni pour Marine Le Pen lors de la déclaration ci-dessus, mensonge que s’empresse de colporter Macron, évidemment :

On en trouvera une variante chez Jean Birnbaum, qui a la prétention d’être journaliste au Monde :

 

En revanche, d’autre défende ce « ni-ni » avec une grande cohérence mais pour leur usage personnel.

 

Il nous faut au contraire, remercier Jean-Luc Mélenchon de nous avoir témoigné une fois encore du respect, après des années à reconstruire une pensée pour la Gauche. Sa position témoigne en outre de la cohérence de sa vision. Il n’est pas seulement le premier à avoir compris que les partis politiques ne pouvaient plus nourrir l’activité démocratique à l’heure d’Internet, mais que seules des organisations formelles mais surtout informelles coordonnant des citoyens libres pouvaient être porteuses d’un projet de Gauche…

À ces citoyens, il n’est pas question de dicter leur vote.

 

Il est impossible de mettre un signe d’équivalence entre « lepénisme » et « macronisme »

Pour autant et afin de mettre « les points sur les i » à destination de tous les cerveaux altérés par tant de littérature toxique, martelons ici que si nous n’oublions pas le fascisme et l’antisémitisme du FN, nous savons aussi que le pétainisme partage avec le néolibéralisme l’usage de la répression physique, même si cette violence est systématique dans le premier cas, elle est individuellement aussi grave : Rémi Fraisse et d’autres en témoignent – pour leur malheur…

En outre, le PS et EELV ont voté loi sécuritaire sur loi sécuritaire offrant une panoplie de ciblage répressif sans équivalent dans un État de droit : Art20 de la LPM ; loi de surveillance politique dite de Renseignement ; mégafichier TES ; notamment, dans une irresponsabilité consternante.

 

Aussi la contestation dans la rue a toutes les chances d’être dans tous les cas réprimée dans le sang : le nassage et autres techniques de terreur inaugurées par Manuel Valls vont connaitre de beaux jours…

mais les assignations à résidences continueront sans doute de n’être pas réservés qu’aux étrangers…

Il nous faut trouver des parades à ces abus de pouvoir, mais ce n’est pas le lieu ici de les dévoiler.

 

Le rôle délétère du terrorisme

Je ne peux passer sous silence le traumatisme qu’a été les attentats de 2015. Pour avoir étudié les rapports des Français avec la migration depuis une dizaine d’années, jamais ces derniers n’ont témoigné une véritable inquiétude sur ce chapitre (en dehors d’une frange xénophobe qui constitue le socle de l’extrême-droite).

2015 aura provoqué un basculement :

Le terrorisme aura durablement perturbé l’appréhension du monde par les Français. Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan en auront de toute évidence profité, mais finalement moins que ce que l’on pouvait redouter…

Aussi Daesh reste le meilleur allié de la droite !…

 

La difficulté des deuils à Gauche

Aujourd’hui nous sommes conspués de toute part ; il est peu probable que nous parvenions à court terme à rassembler les parties de la Gauche : nous payons le prix d’avoir cru dès le début dans la force de notre mouvement – ce qui nous libère de toute culpabilité. Il nous faut continuer à aller vers les jeunes mais aussi les déçus de l’action politique et notamment essayer de rattraper ceux que nous étions parvenus à sauver du vote Le Pen et qui sont plus qu’incité à y retourner…

 

La politique comme pure manipulation des consciences par les agences de com’

La compétition du premier tour jouée, la manipulation idéologique reste plus que jamais d’actualité. On sait que Sarkozy nous faisait dépenser une fortune en consultant en com’ – semble-t-il pas toujours intelligemment. Cette pratique n’a pas vraiment cessé sauf qu’avec Macron, ce sont ses mentors qui payent…

Ainsi la parabole de la vaccination court depuis quelques semaines, afin d’inciter les rétifs à voter Macron pour « faire barrage à MLP » qui en faisant porter la responsabilité de l’éradication de « la maladie » sur les autres se comporteraient comme des égoïstes. L’argumentaire est habile car la solidarité est un idéal de Gauche qui fait peser une exigence ciblée de loyauté. Le problème réside en ce qu’elle prend à rebours les principes scientifiques de la vaccination, car en réalité, il ne faut jamais vacciner toute une population (même dans les cas rarissimes où l’enjeu accessible est l’éradication d’une maladie) car comme tout geste médical, la vaccination peut produire des effets graves voire fatals – certes, dans une faible proportion – qu’il s’agit donc de minimiser. Les modèles mathématiques de propagation des épidémies permettent ainsi d’évaluer la minorité qu’il suffit de vacciner… L’inconsistance scientifique de cette parabole suggère qu’elle est le fruit d’une agence de com’ plutôt que, bien sûr, du corps médical…

 

Dans un autre registre, je dois avouer m’être illusionné sur la faible efficacité du dépliant publicitaire qu’étais le matériel de campagne du jeune candidat. Or, l’argument seriné, mais fallacieux du meilleur rempart contre le FN était inspiré d’étude d’opinion qualitative que son équipe ne pouvait que connaître…

Il va falloir être très vigilant…

 

La double minoration de la France Insoumise

Une des rhétoriques de l’oligarchie que nous aurons plus que jamais à combattre est celle de la réduction du champ politique à une opposition entre société ouverte vs fermée où Insoumis et FN sont rangés du même côté – négatif bien sûr. Ce clivage est une variante plus subtile et plus habile de l’amalgame JLM = MLP  qui a mal vieilli, même si Marine Le Pen continue de faire de l’ouvriérisme dans son discours – pas dans ses votes… (cf sa visite aux ouvriers de Whirlpool)

Il nous faut pour cela régénérer l’opposition Droite vs Gauche (j’y reviendrai, bientôt)

 

L’autre assimilation consiste à rabattre la France Insoumise sur le Parti Communiste, pour réanimer le repoussoir du totalitarisme soviétique. C’est par exemple l’amalgame qu’opère le sociologue organique du PS : Alain Touraine sur France5 (vers 18mn où le journaliste reprend le mensonge du ni-ni de JLM…) mais qui, en l’occurrence serait plus crédible s’il avait effectué une analyse critique de sa mirifique « société post-industrielle » dont on observe que trop où cela nous a conduit (et le PS avec)…

 

Épilogue

Aussi puisque la guerre à la Gauche est ouverte, nous n’avons plus d’autres choix que la stratégie

La bonne nouvelle est qu’après avoir été méthodiquement ignorée par toute la presse, Mediapart a découvert notre existence et que d’autre part, les soutiens sur le site jlm2017.fr affluent plus que jamais (plus d’1/2 million à l’heure où j’écris ces lignes)…

 

Emaux (le jeudi 4 mai 2017)


  1. Son mémoire est le meilleure soutien au tirage au sort (Tas)…
  2. Pour aller plus loin : [Qui va vraiment gagner les élections ?]http://binaire.blog.lemonde.fr/2017/04/27/reformons-lelection-presidentielle/#xtor=RSS-32280322)
Par défaut
Article

À ceux qui accusent Jean-Luc Mélenchon d’être anti-européen

Depuis une décennie, un des arguments pour affaiblir les propositions et la stratégie de Jean-Luc Mélenchon (JLM) consiste à l’accuser de repli nationaliste et finalement d’être anti-européen. Cette accusation présente le triple avantage de :

  1. l’assimiler à Marine Le Pen et rendre en quelque sorte sa candidature inutile ;
  2. de diviser la Gauche et de fait Benoît Hamon ainsi que tous les candidats d’extrême-gauche se sont engouffrés dans cette brèche médiocrement ;
  3. de neutraliser sa critique, pourtant pertinente du Traité de Fonctionnement de l’Union Européenne (TFUE) notamment en ce qu’il impose à tous une politique économique d’austérité néolibérale, donc de droite…

D’autres que moi ont démontée brillamment cette manipulation :

 

Par opposition, s’il fallait comprendre sa vision de l’Europe en actes, rien ne la concrétise mieux que cette conférence de presse de fin de campagne – largement reléguée par les médias – qui nous place au seuil potentiel d’un évènement historique, grâce au soutien de Marisa Matias et Pablo Iglesias : l’avènement d’une nouvelle Europe, celle des peuples…

 

Emaux (le 21 avril 2017)

Par défaut
Article, À chaud

À mes amis de Gauche qui s’apprêtent à se priver de leur liberté de vote ou l’art du vote inutile

La présidentielle de 2017 est critique. La colère et le dégoût des Français sont à leur paroxysme.
Or, la corruption des principaux candidats de droite est sue de tous. Alors qu’un « boulevard » s’ouvrait à droite, la gauche peut paradoxalement arriver au pouvoir.
L’oligarchie est aux abois : l’UE – édifice patiemment construit à son service – est en état végétatif , comme le Brexit le révèle ; depuis plusieurs années le peuple ne vote plus de façon convenable…
Bien que les vieux médias soient aux ordres comme jamais, Internet résiste encore à la censure et à la manipulation orchestrée par les agences de com’.

Certes la fachosphère a su anticiper le déclin des médias en investissant Internet en particulier à partir de 2011, avec l’aide d’agences spécialisées obtenant un succès certain, notamment auprès d’une jeunesse déclassée, mais d’authentiques candidats souverainistes de droite, « sans casserole », eux : François Asselineau et Nicolas Dupont-Aignan sont en position de grignoter le « marché » de Marine LePen. Ces candidats sont peut-être même susceptibles de créer une certaine surprise à droite.

À gauche, pléthore de beaux esprits s’affligent, s’indignent devant cette incapacité à s’unir alors que nos deux protagonistes sont à « 90% d’accord » !… Le tout soutenu par une presse unanime, même Médiapart et Politis : la gauche est face à une chance historique s’il elle sait dépasser cette vilaine et vaine « querelle d’égo »… Pourtant l’arithmétique électorale des voix des uns et des autres ne saurait être purement additive pour des raisons que je me propose d’exposer.

 

Une « petite » divergence irréductible

Le désaccord porte tout d’abord sur l’Union Européenne. En dépit du « pacte de non-agression » officiellement acquis entre nos deux candidats de gauche, Benoît Hamon fait entendre sa différence sans excès de finesse :
https://twitter.com/benoithamon/status/846972908631199745
Contrairement à M. Mélenchon, je ne veux pas d'une Europe qui recule. J'incarne une gauche qui gouverne avec l'Europe. #Télématin

Benoît Hamon incarne une gauche qui gouverne avec l’UE telle qu’elle est avec ses plus de 60 millions de pauvres

Le mot clé de ce tweet est : « avec » l’UE, c’est-à-dire qu’il n’est pas prêt à remettre en question le fondement même sur lequel s’est construite l’UE mais seulement à poursuivre le mouvement de fédéralisation via en particulier la création d’une assemblée de la zone euro (idée soutenue par François Hollande et améliorée par le conseillé de Hamon, Thomas Piketty)

 

Hamon ment honteusement (à Télématin) en disant que Mélenchon veut "sortir du projet européen". Pauvre Benoît regardes où tu t'abaisses !

Benoît Hamon refuse de remettre en question le principe fondamental du Traité de Fonctionnement de l’Union Européenne (TFUE) qu’est le « principe de la concurrence non-faussée » qui interdit toute politique écologique, notamment de lutte contre le réchauffement climatique mais aussi toute politique industrielle pour sortir du productivisme ainsi que de transition énergétique et naturellement, toute remise en question du capitalisme financier…

De même, il refuse toute remise en question du statut de la Banque Centrale Européenne (BCE) pour redonner aux États le pouvoir de création monétaire, unique voie pour libérer du chantage à la dette et du joug des marchés financiers.

Sans la remise en question de ces deux clauses, il est vain d’élire un gouvernement « de gauche » : il ne jouira pas des conditions nécessaires à sa politique et trahira pour une politique néolibérale : celle imposée par le TFUE.

 

Que cache ce bel appel à l’union ?

Sauf erreur de ma part, la constitution de la Ve République ne permet pas un couple de candidater (sic). Avant que les sondages ne changent la donne, il y avait ainsi une belle hypocrisie à appeler à l’union pour mieux cacher une injonction à désistement de Jean-Luc Mélenchon (JLM) en faveur du Parti Socialiste !

Pourtant JLM avait déjà clairement répondu à la demande de Benoît Hamon :

mais surtout, c’était sous-estimer le dynamique mouvement populaire des Insoumis – totalement ignoré des radars médiatiques (y compris de Mediapart ou, naturellement de Politis) – et largement issu de « Nuit debout » qui n’est derrière la candidature de JLM que sous la forme d’un soutient critique et exigeant. Ce mouvement se serait brisé ou serait entré en résistance dès l’instant où un accord avec le Parti Socialiste de Benoît Hamon aurait été passé ; Jean-Luc Mélenchon le sait mieux que personne : sa campagne se serait effondrée nette et tout espoir pour la gauche aurait été perdu.

En effet, il est parfaitement irréaliste d’espérer voir ce mouvement, mutilé dans sa chair par l’usage intensif de grenades à sous-munitions dans les nasses des manifestations légales contre la loi dite El Khomri, sous la responsabilité de Bernard Cazeneuve et du PS, venir se ranger gentiment derrière les politiciens veules et corrompus de ce parti, dont Myriam El Khomri, investie par le PS dans les législatives.
Plot d’une grenade de désencerclement, parfaitement dimensionné pour faire exploser les yeux de manifestants ou pour ouvrir l’artère d’une personne âgée, près de moi dans la nasse de la « Fête nationale » du 1er mai 2016 et qui n’a dû la vie sauve qu’à la présence des « streetmedics » de « Nuit debout ». Le principe des nasses inaugurées par B. Cazeneuve sous l’égide de Manuel Valls est que personne ne puisse en sortir pour quelque motif que ce soit afin de serrer les manifestants le plus possible au moment où les forces de l’ordre leurs jettent des grenades à sous-munitions…

 

En outre, les sondages sont biaisés par construction, pour des raisons économiques. Ils n’acquièrent une très relative précision que par le biais de « redressements » établis sur la base des votes lors d’élections officielles… Or Benoît Hamon n’a jamais candidaté à la présidence de la République, son score est ainsi « redressé » sur la base du score de François Hollande en 2012.
Est-ce bien raisonnable ? La France n’a-t-elle pas radicalement changée depuis cette échéance, notamment vis-à-vis du PS ? En sorte que le score de BH est systématiquement surévalué et celui de JLM systématiquement sous-évalué – ce que les études d’audience sur Internet confirment, elles laissent prévoir une surprise lors du 1er tour… En réalité, les sondages ont une très grande incertitude en valeur absolue ; ils ne sont significatifs qu’en tendance
Or, après le débat à cinq sur TF1, plus de 10 millions de Français ont découvert un homme aux antipodes de ce que les « chiens de garde médiatiques » ont forgé : calme, compétent et libre, de son ironie notamment. Depuis, même ces sondages donnent JLM en croissance devant Hamon qui, lui dévisse… Certains récemment place JLM en 2e position :

 

Mais au fait le jeune et sympathique Benoît est-il le « gendre idéal » ?

Interview-Kebab de Benoît Hamon

Entretien approfondi qui révèle la rouerie du candidat à travers un art consommé du contournement des réponses « qui fâchent ».

Mais surtout, Benoît Hamon a voté* la prolongation de l’état d’urgence ainsi que l’escalade sécuritaire qui a provoqué la mort d’un activiste pacifiste à Sivens mais aussi des dizaines de « bavures », et finalement tué un innocent devant ses filles qu’il laisse orphelines :
Un policier abat un assaillant à Paris la famille se défend de toute agression

 

Il a voté (comme François Fillon) entre autre la loi dite « loi sur le Renseignement » qui légalise la pénétration des communications de n’importe quel citoyen et aussi, par exemple de récupérer la liste nominative des manifestants à tout défilé pour quelque motif que ce soit – tout ceci sans contrôle judiciaire**…
Compte tenu de la gravité de cette élection présidentielle, le soutien du Premier ministre Bernard Cazeneuve est un honneur.

Benoît Hamon est fier du soutien de Bernard Cazeneuve dont l’expérience dans l’expulsion des réfugiés érythréens vers le Soudan n’est plus à démontrer… ou bien dans l’expulsion des traducteurs afghans de l’armée française vers les bras des Talibans

On mesure ainsi, derrière les faux-semblants, toutes les compromissions avec les apparatchiks du PS que sa candidature représente…

Au demeurant, il est tellement convaincu de son échec programmé qu’il postule pour la députation dans la 11e circonscription des Yvelines (78) :

 

Le syndrome du 21 avril 2002

D’autres, sous l’emprise de la stratégie de la peur instillée par nos grands éditorialistes, seraient disposés à voter Macron dès le premier tour, mieux armé – c’est démontré more geometrico – pour vaincre la Gorgone frontiste

sans oublier : Manuel Valls, Jean-Yves Le Drian, Daniel Vaillant, etc, qui n’avaient pas encore rejoint un tel « renouveau »…

À supposer que cet artefact de riches campagnes d’agence de com’ puisse duper suffisamment longtemps les Français :

 

ils oublient d’abord qu’il n’est pas nécessaire de sacrifier la gauche pour défaire Marine Le Pen :

Ils oublient ensuite, qu’à voter pour le représentant de l’oligarchie médiatico-financière qui impose toute la politique de l’UE contre les citoyens européens via une litanie de mémorandums, ils prennent de sérieuses options pour un retour de flamme en 2022… Or ce jour-là, il ne faudra plus compter sur Jean-Luc Mélenchon…

Non, l’année 2017 est décisive et il n’y a, à Gauche, qu’un unique vote raisonnable possible…

Emaux
(6 avril 2017 – MAJ le 19 avril 2017)


(*) ou selon les cas n’a pas eu le courage de participer au vote de l’arrêt de la prolongation de l’état d’urgence
(**) Sergio Coronado fut le seul député EELV à s’être rebellé contre cette loi ; il soutient la candidature de Jean-Luc Mélenchon…

Par défaut
Article, À chaud

La mauvaise solution d’une primaire des gauches

Un aréopage prestigieux d’intellectuels porte une pétition de Yannick Jadot et quelques autres, demandant l’organisation « d’une primaire à gauche », or cette « primaire » n’est ni souhaitable, ni réaliste.

On observera tout d’abord que le texte de cette proposition – singulièrement sommaire – s’exonère de tout diagnostic de la situation calamiteuse de la gauche. Or on ne peut apporter de bonne solution à un problème mal posé.

Un déficit d’analyse

En effet, seules des données parcellaires et politiciennes : montée de l’abstention, score du FN, sont évoquées mêlées à des notions aussi contestables que la « droitisation » de la société… et dans la version allongée (ou ici) de la pétition, on tombe dans une sociologie des foules largement méprisante des citoyens qui ne communiquent plus avec les politiques dont le « personnel devient synonyme de caste et d’oligarchie. Son action est perçue comme impuissante, voire comme corrompue et soumise à des intérêts corporatistes ou particuliers (…) »
On notera les mots essentiels de « synonyme » et plus encore de « perçue » qui exonèrent le personnel politique de toute responsabilité au fond : nulle corruption réelle, nulle connivence réelle avec les lobbies, seulement des perceptions, autant dire des illusions d’optiques !… En somme un manque de « pédagogie »* de la part des politiques…

De même l’analyse politique se limite à : « (…)ses projets conjuguent sans cohérence le néolibéralisme du capitalisme financier, les régressions ethniques et racistes, et le recyclage nostalgique de l’étatisme des Trente Glorieuses et de l’Etat omnipotent. ». Nulle critique du néolibéralisme en lui-même, l’erreur est seulement de le conjuguer avec (horreur !) l’étatisme des Trente Glorieuses… De même, il ne faudrait pas avoir la nostalgie de l’État omnipotent, or il faut rappeler ici qu’il s’agit d’élire le chef de l’État ; quel intérêt d’aller voter pour un chef d’un État qui n’est pas « potent » ? En l’occurrence, il est aujourd’hui impotent

Nulle mention de l’Union Européenne alors que c’est elle qui détermine tout comme on l’a vu encore pour la Grèce
A fortiori nulle critique institutionnelle, dont beaucoup à gauche considèrent que les premières sont au bord de l’implosion…

Il est certain que la gauche n’a pas grand chose à voir avec cette pétition-là…

Il aurait fallu pour commencer, sinon un diagnostic du moins un véritable relevé clinique de la politique européenne et française :
Quid de la lutte contre le chômage, la pauvreté, la précarité, qui augmentent tous les trois inexorablement, notamment dans la zone euro ? Quid de la dégradation du droit du travail ?

Quid de la dégradation des services publics français :
— de santé dont même à Paris, les praticiens préfèrent se faire opérer dans le privé, bien informés des lacunes de l’Assistance Publique,
— ferroviaires dont trois déraillements mortels signalent le délabrement,
— éducatifs, où même à Paris il est très difficile trouver un remplaçant d’un enseignant de mathématique gravement malade,
— policiers où la suppression de plus de 13 000 postes de policiers et autant de gendarmes ne permet plus la protection des citoyens contre une poignée de terroristes comme la montré le 13 novembre 2015…

Quid des suicides en masse de citoyens grecs, portugais, espagnols provoqués par la politique de l’Eurogroupe ?
Quid des traités de l’Union Européenne (dont Yannick Jadot est un élu), qui interdisent toute politique écologique comme de gauche de façon générale ?

etc, etc.

Pour clore cette ébauche d’inventaire, je ne voudrais pas avoir l’outrecuidance de rappeler à l’instigateur de cette pétition les lois iniques, imbéciles ou scélérates que les élus de son parti ont votées en France qui ont amplement alimenté la désespérance des citoyens de gauche…

 

Une « solution » inconsistante

La proposition de « primaire à gauche » pose comme toute élection un triple problème de sélection des candidats, choix du mode de scrutin, définition du corps électoral.

La pétition fait l’impasse sur la définition des candidats de gauche comme si leur sélection allait de soi, ce qui laisse un parfum de connivence « synonyme de caste et d’oligarchie », qui est dorénavant insupportable aux Français. En réalité, rien n’est plus indéfini et il n’y a aucune légitimité à en limiter l’extension aux seuls représentants des partis institués – largement responsables du fiasco de la gauche. Une primaire ouverte à gauche implique donc une ouverture aux candidats de la « société civile ». Il y a tout lieu de supposer qu’ils seront très nombreux…
En admettant qu’on conserve l’habitude du scrutin majoritaire à un tour (qui n’a pourtant rien d’évident en lui-même) on s’expose à la survenue d’un paradoxe de Condorcet, comme la France en a connu honteusement une réalisation le 21 avril 2002 – même si c’est aussi le produit d’une manipulation politicienne via un bidonnage médiatique : « l’affaire Papy Voise »…

Quant à la définition et au contrôle du corps électoral de gauche, il est doublement sujet à caution. Contrairement à ce que la représentation hémicyclique laisse suggérer, il n’y a aucune symétrie bilatérale et donc aucun axe autour duquel la vie politique pivoterait. Tout au plus pourrait-on tenter une représentation matricielle de l’espace politique, sur laquelle il y a peu de chances que tout le monde tombe d’accord. Quoiqu’il en soit il n’y a donc aucun seuil qui délimite rigoureusement la droite et la gauche. Du reste et si l’on en croit Jean-Christophe Cambadélis qui définit l’extension de la gauche « de Macron à Mélenchon », ce seuil voisinerait le Front National !

Comment sélectionnera-t-on les électeurs de gauche ; ce n’est pas marqué sur leur front !? Si le flou de cette limite ne posait pas de problème au temps des primaires du PS, c’est qu’alors, il s’agissait de choisir le candidat le plus susceptible d’emporter les suffrages y compris en mordant à droite. Aujourd’hui, il s’agit de sélectionner un candidat qui donne envie au peuple de gauche d’aller voter… C’est une toute autre gageure !

En outre, en l’absence de signature numérique authentifiée par un tiers de confiance, dont tout citoyen européen devrait pourtant disposer depuis (soyons réaliste) dix ans, il est impossible de procéder à un vote par Internet – seul support qui rendrait les coûts de cette opération raisonnables. Par conséquent, je ne vois pas comment les partis anémiques de la gauche vont pouvoir financer ce qui constitue en fait un demi-premier tour d’une élection que cette pétition propose de porter à trois tours…

 

Contre-proposition

Enfin il faut être singulièrement naïf pour imaginer que tant d’années d’impensé dans les partis de gauche (et de droite) puissent être compensées dans le cadre biaisé de la propagande d’une primaire. S’il doit y avoir un débat à gauche alors les blogues, les forums, les wikis sont fait pour ça. Si Yannick Jadot et ses co-pétitionnaires veulent ouvrir le débat à gauche, qu’ils n’attendent pas — le temps nous est compté — qu’ils ouvrent un site, les thèmes de discussion ne manquent pas !…

Nous ne sommes plus au XXe siècle, les citoyens sont formés et informés. Ils offrent une compétence collective très supérieure à celle des élus, comme l’illustre les multiples projets contributifs du Libre ou pour en rester au plan politique, les contre-expertises de Notre-Dame-des-Landes ou de Sivens (que Yannick Jadot devrait connaître) ou la consultation ouverte sur la loi Lemaire (même si le gouvernement et plus encore le Conseil d’État n’en a cure…).

Il faut donc au préalable que les partis de gauche fassent leur révolution copernicienne et renoncent à leurs privilèges, à leur aristocratisme en acceptant le débat avec les citoyens…

 

Emaux (le 12 janvier 2016)


(*) on notera la condescendance avec laquelle les politiques traitent habituellement les citoyens comme des enfants…

Par défaut
Article, À chaud

#Crise grecque Pour une sortie de la zone euro et de l’Union Européenne

Il n’est pas dans mon ambition de livrer ici une analyse circonstanciée de la crise de l’euro depuis l’accession de Syriza au pouvoir : d’autres l’ont fait avec plus d’autorité que je ne pourrais le faire¹. Mon propos ici est de tirer les conséquences politiques de ce que cette crise a mis au jour.

En effet, c’est un des mérites de Alexis Tsipras et de Yanis Varoufakis d’avoir procédé « au grand jour » et, incidemment révélé (s’il le fallait encore…) le fonctionnement anti-démocratique de l’UE. On écarquille les yeux, notamment lorsqu’on découvre que l’Eurogroupe n’a ni statut, ni mandat, ni compte-rendus, ni légitimité pour imposer le traitement à l’économie grecque que ce gouvernement légitime a été contraint d’avaliser ! De même, on est consterné de découvrir qu’aucun des autres ministres des finances n’a assez de compétence en économie pour accepter de répondre à la discussion que Varoufakis voulait mener sur le terrain économique… Enfin le comportement de l’Eurogroupe et, en particulier de son président, Jeroen Dijsselbloem notamment quant à la parole donnée, est celui de maffiosi

On sait de plus maintenant par des sources concordantes : les confidences de Timothy Geithner et par Varoufakis lui-même, que Wolfgang Schäuble souhaitait l’éviction de la Grèce de la zone euro pour « faire un exemple » afin de « terrifier » en retour les autres États et imposer, notamment à la France, la politique d’austérité qu’il n’a pu obtenir depuis 2009 sur le continent européen.

Or l’hégémonie politique que l’Allemagne a acquise au plan européen par la « réunification » (l’annexion de l’Allemagne de l’Est, dans la réalité…) parallèlement à la domination économique au plan mondial grâce à des excédents agressifs sur ses partenaires, menacent tout l’édifice européen notamment tel que les USA l’ont conçu : une zone de prospérité suffisamment riche pour acheter des produits US mais dont les groupes sont suffisamment petits pour ne pas menacer les entreprises américaines et par dessus tout, des États suffisamment divisés et faibles pour ne pas contester l’hégémonie états-unienne. C’est pourquoi le dogmatisme de l’Allemagne appelait une réponse des USA que l’atlantisme confit de Hollande permit de porter, d’autant que ce dernier est assez politique pour savoir qu’il est dans la ligne de tir de Schäuble. Opportunément, cela permettait au président français d’apparaître, du moins aux yeux de ses électeurs, comme revenu au centre du jeu européen…

C’est pourquoi « l’accord » trouvé sur le dos du peuple grec permet de maintenir le statut quo jusqu’à la prochaine échéance et, de surcroît la mise à genoux de Tsipras permet aux sociaux-démocrates comme aux néolibéraux de toute obédience (PS ou autre) de garder la face. Peu importe que cela se paye par une stagnation (voire une déflation ?) de la zone euro et donc par l’augmentation continue du chômage.

Bien que l’intervention d’européens convaincus respectables tels que Thomas Piketty ait, en apparence pesé dans le débat en rappelant les annulations de dettes dont l’Allemagne et autres ont bénéficiées dans le passé, ainsi que, surtout, la promesse par l’Eurogroupe d’engager la « restructuration » de la dette grecque dès la réalisation d’un excédent primaire du budget – obtenu fin 2014 – force est de constater que les européistes sont les perdants de ces négociations et que l’Europe est entrée en phase terminale. Le néologisme de « reprofilage » créé par François Hollande, ne fait que cacher un rééchelonnement de la dette grecque et non une annulation partielle (restructuration) qui contrairement à ce que l’on serine aux citoyens européens aurait pu se faire de façon indolore par rachat par la BCE – certes, alors en infraction au traité de Lisbonne – ou de façon détournée (via une structure sui generis) afin de sauver les apparences juridiques.
En outre, un montage semblable généralisé aurait permis un règlement négocié de l’ensemble des dettes souveraines de la zone euro…

Quoiqu’il en soit, il est maintenant parfaitement clair que l’Allemagne ne cèdera rien concernant le (son) pouvoir monétaire sur la zone euro et que sauf à se résigner à une montée inexorable du chômage et de la pauvreté jusqu’à la révolte des peuples ou/et le triomphe du fascisme, la France ne peut plus rester dans l’euro², ni dans l’Union Européenne. En effet, son maintien dans ces espaces, lui interdit de mener une politique monétaire de plein emploi et, à la fois une véritable politique écologique (j’y reviendrai ultérieurement).

Sortir de ces institutions ne veut pas dire nécessairement, ériger des barrières douanières mais, conformément au principe de subsidiarité, redonner aux instances représentatives le pouvoir économique qui correspond à leur légitimité démocratique. Cela veut dire aussi pouvoir circonscrire l’économie de marché tandis que l’UE la place au sommet de la hiérarchie de pouvoir, notamment via le principe de « concurrence non faussée ».

Sortir de l’euro ne veut pas dire nécessairement abandonner son usage au quotidien, mais seulement retrouver le pouvoir de création monétaire via une monnaie nationale locale (non convertible) qui permet d’émanciper et de relocaliser l’économie.

 

Il appartient, dès lors à la Gauche française (et je pense en particulier au Parti de Gauche) de préparer et porter un programme de sortie négociée de l’UE-Eurogroupe, pour la première fois ouvertement et méthodiquement…

 

 

Emaux (le 16 juillet 2015 — Merci @leclown pour la relecture)

____
(1) Références :
Joschka Fischer : L’Allemagne va-t-elle encore une fois conduire l’Europe à sa ruine ?
Romaric Godin : Grèce – Alexis Tsipras propose une capitulation aux créanciers
Romaric Godin : La BCE s’est-elle comportée comme un « fonds vautour » ?
Michel Husson : La dette grecque démasquée
Théo Koutsaftis : La proposition du gouvernement grec aux institutions européennes
Thomas Piketty : Austerity Has Failed: An Open Letter From Thomas Piketty to Angela Merkel
Christian Salmon : Un insider raconte comment l’Europe a étranglé la Grèce
Jacques Sapir : l’Europe aux périls de l’Euro
Jacques Sapir : Capitulation
Emmanuel Todd : « On assiste à la 3e autodestruction de l’Europe sous direction allemande »
Eric Toussaint : Monnaie électronique, transparence fiscale, contrôle des banques : des alternatives existent au plan imposé à la Grèce
Interview de Yanis Varoufakis au New Statesman (traduction)
Yannis Varoufakis : Pourquoi l’Allemagne refuse d’alléger la dette de la Grèce
Yanis Varoufakis publie sa version annotée et corrosive du nouvel accord avec la troïka

(2) Ce n’est pas le lieu de discuter des modalités entre une solution de retour à une monnaie nationale à la Frédéric Lordon ou Jacques Sapir ou bien du maintien d’un euro, monnaie commune en parallèle d’une monnaie locale nationale comme semble le préconiser Gaël Giraud…

Par défaut
Article, À chaud

Pourquoi les arguments en faveur de la loi sur le renseignement ne rassurent pas

Le projet de loi sur le Renseignement suscite des critiques qui n’obtiennent en retour que des réponses, au mieux lénifiantes, au pire incohérentes.

Le juge Trévidic – que l’on ne peut soupçonner de laxisme à l’égard du terrorisme – a lui-même parfaitement résumé les enjeux du débat :

Une loi sur le renseignement […] peut être une arme redoutable entre de mauvaises mains,
[elle] doit protéger le citoyen contre les autres citoyens, donc contre le terrorisme, la criminalité organisée mais aussi protéger contre l’État. […]

Or, […] l´État peut être tenté de surveiller à un moment donné ses opposants, des mouvements sociaux, des mouvements de contestation, faire du renseignement politique. Il y a le renseignement criminel et il y a le renseignement politique. […]

Or, les critères sont tellement flous dans cette loi : il y a les critères de sécurité nationale, diplomatie, intérêts essentiels économiques, etc, que franchement la marge de manœuvre est immense pour un premier ministre. […]

L’absence de contrôle [est] total dans cette loi où […] c’est le premier ministre qui décide de tout…

L’absence de progrès dans le contrôle/gouvernance du secret-défense puisque tout sera couvert par le secret-défense [de sorte que] on ne saura pas ce qui est illégal

 

Les arguments favorables à la loi sur le renseignement sont incohérents

On nous dit que grâce à elle, on ne pourra plus se protéger derrière le « secret défense » – ce qui semble être une réponse aux inquiétudes motivées et, si j’ose dire « expérimentées », par le juge Trévidic. Or cette loi ne concerne pas l’action de la DGSE (qui dépend du ministère de la Défense), mais exclusivement celle d’un service de police nouvellement créé la DGSI : pourquoi aurait-on pu invoquer le « secret défense » pour « protéger » l’action de la police ?…

En outre, on imagine que la création d’une Direction Générale du Renseignement Intérieur (DGSI) répond aussi au besoin de donner aux services de renseignement de la police le statut hiérarchique suffisant pour collaborer (c’est-à-dire échanger des informations) d’égal à égal avec la DGSE. Celle-ci a une grande longueur d’avance en matière d’investissements et de maîtrise informatiques. Or, le rendement de la collecte des paquets internet est, de toute évidence, beaucoup plus élevé via « l’écoute » des câbles sous-marins(^1) hors de France (où les paquets IP sont rassemblés, quoique dans le désordre) qu’en tout autre point du réseau français, il est à craindre que la DGSI soit techniquement encore très longtemps tributaire de l’expertise et des moyens de la DGSE. L’argument du « secret défense » risque donc d’être opposée encore longtemps à toute investigation un peu intrusive dans les services…

On nous assure que les citoyens surveillés auront des possibilités de recours devant la commission ad hoc (CNCTR) qui transmettra le cas échéant au Conseil d’État mais comment pourront-ils l’établir puisque par définition la surveillance sera furtive ?

En outre, dans le projet de loi, la DGSI est sous la tutelle directe du Premier ministre (via le ministre de l’Intérieur) qui a toujours la haute main sur le processus de décision. Qui contrôlera le Premier ministre ?

 

Les utilisateurs d’arguments d’autorité en faveur de la loi sur le renseignement sont incompétents

On nous dit que les informations collectées ne sont pas personnelles puisque ce sont des « données de connexion » (métadonnées). Or une adresse IP à un instant donné en un lieu donné qui demande une URL donnée définit sans ambiguïté un abonné à un contrat d’un fournisseur d’accès à internet (IPv4) – et bientôt un terminal d’un propriétaire donné (IPv6) – qui lit une page web donnée. Il s’agit donc bien de données personnelles. La collecte de ces données permet ainsi de conserver l’historique de navigation de chacun des citoyens français – ce que même Google ne possède pas.

Ce qui soulève deux ordres de questions :
1. S’agit-il de la collecte des adresses IP des seuls internautes qui se connectent à des sites « répréhensibles » (d’appel au djihad, etc) auquel cas, il vaudrait mieux ne pas censurer ces derniers, comme le permet – et l’a déjà permis – la récente loi sur le terrorisme, ou bien s’agit-il de la collecte de tout l’historique de certains individus donnés : tous ceux qui sont en relation avec des individus « suspects » et alors la question subsidiaire est selon quelle longueur de chaîne des relations : amis d’amis d’amis, ou plus car selon cette longueur, la « pêche » devient très vite généralisée ?…

2. Quelle est la durée de conservation de ces historiques ? On peut tolérer une collecte invasive massive autour d’un individu donc on a, par ailleurs, des informations crédibles de préparation d’un attentat mais à la condition que cette dernière soit d’une durée suffisamment courte pour ne pas laisser la possibilité d’un usage opportuniste (politique, par exemple, etc) des données collectées qui serait attentatoire aux principes constitutionnels. Ces exigences étant contradictoires, cette surveillance invasive ne devrait être possible que sous le contrôle a priori d’un juge, dont je ne vois pas comment, en l’occurrence il pourrait être autre que judiciaire (et non pas administratif). Or, on nous parle dans le projet de loi que de contrôle a posteriori et par sondage aléatoire…

Sur ce point précis, le précédant du fichier Stic (fusionné en fichier Judex par la loppsi 2) dont les durées de conservation ne respectent même pas les délais de prescription ne permet pas d’accorder une confiance illimitée aux services de police…

On nous assure que les professionnels soumis ou bénéficiaires d’un secret professionnel : médecins, avocats ou journalistes, seront écartés de la collecte, mais comment pourrait-il en être ainsi si comme on nous l’assure, les données collectées sont anonymes ?!

Quant à l’argument récurrent que ces dispositifs attentatoires aux libertés « ont déjà permis d’empêcher de nombreux attentats », il place le citoyen dans la position d’un journaliste incapable de recouper l’information d’une source unique qui de surcroît est en conflit d’intérêt !

On est à cet égard inquiet qu’alors que les attentats passés sur le sol Français ont tous révélé des défaillances du système de surveillance public, aucune enquête parlementaire n’ait été instaurée pour auditer les dispositifs existants avant de bouleverser ces derniers par la loi sur le Renseignement…
Les défenseurs de la loi sur le renseignement n’ont pas de réponse face à l’escalade de l’armement

On sait que les frères Kouachi – dont rien n’indique qu’ils aient eu de hautes compétences informatiques – respectaient les consignes enseignées à tout étudiant en relations internationales : ne pas donner d’informations cruciales dans les conversations téléphoniques ou SMS, ne pas se connecter à Internet depuis son lieu de résidence, ne pas envoyer de mail sur le réseau, communiquer dans des cybercafés toujours différents via le tunnel SSL du dossier de brouillon d’un webmail.

Tout suggère que face à l’escalade publique des moyens de surveillance de la police française, les terroristes usent de la parade adéquate : mener leurs activités répréhensibles en naviguant exclusivement à l’aide de Tor (que même la NSA ne parvient pas à percer). Rappelons que, contrairement à ce qu’a déclaré notre ministre de l’Intérieur, Tor est loin d’être utilisé exclusivement par des délinquants : il est un outil vital pour les combattants de la liberté, notamment contre les trop nombreuses dictatures de par le monde.

Tout indique que son usage – tout comme celui du chiffrement des mails – va se généraliser notamment via les clés Tails, grâce au gouvernement français comme naguère, la loi Hadopi a « promu » involontairement le streaming en substitution du téléchargement de fichiers multimédia…

 

Emaux (le 5 mai 2015 )

 

Références : https://sous-surveillance.fr/#/

____
^1 : La très récente fusion-acquisition d’Alcatel-Lucent par Nokia ne concerne pas la « pépite » que constitue Alcatel Submarine Networks ce qui confirme, une fois encore, que cette entreprise est
stratégique pour le gouvernement français

Par défaut